Alzheimer – A domicile

Que faire face à la maladie ?

La prise en charge à domicile

La prise en charge à domicile d’un malade d’Alzheimer implique un bouleversement dans la vie quotidienne de celui ou de celle qui l’aide et le soutient (on les désigne sous le terme d’aidants). Il devra savoir s’adapter au fil du temps, au gré de l’évolution de la maladie. Celle-ci peut se faire de façon très lente, sur plusieurs années.
A l’apparition de symptômes comme la désorientation, l’errance ou la perte de l’équilibre, l’aidant devra adapter le lieu de vie afin d’assurer la sécurité du malade :

  • Un aménagement du logement en matière de sécurité et d’adaptation à l’handicap : ne pas hésitez à avoir recours aux conseils d’un ergothérapeute ou de travailleurs sociaux ;
  • La télé-assistante : à domicile, en cas de chute, par simple pression d’un émetteur porté en bracelet, la personne entre en contact avec une centrale d’écoute 24 heures sur 24 ;
  • Le bracelet de géolocalisation : un bracelet intégrant la téléphonie mobile et un système de géolocalisation par satellite détecte automatiquement lorsque le porteur sort d’une zone définie au préalable ;
  • Les visites itinérantes de nuit : le personnel propose des services pour améliorer le confort et la sécurité par des visites ponctuelles durant la nuit (aide au coucher, sécurisation, inquiétude nocturne, isolement, absence temporaire d’un proche).

Les services d’aide et d’accompagnement à domicile sont également d’un grand secours pour stimuler et accompagner les personnes dans les actes de la vie quotidienne (courses, repas, entretien du linge et de la maison, habillage, toilette, déplacement..).

Ils permettent également à l’aidant d’économiser des forces, de maintenir des activités de loisirs et d’avoir une vie relationnelle. Ainsi, il ne faut pas hésiter à recourir :

  • Aux services d’aide et d’accompagnement à domicile : afin d’accompagner les personnes dans la vie quotidienne (courses, repas, entretien du linge, habillage, toilette, déplacement…) ( voir l’APA) http://vosdroits.service-public.fr/F10009.xhtml
  •  Aux services de repas à domicile, à la livraison des courses, aux services de blanchisserie… (N’hésitez pas à contacter votre mairie, elle pourra vous renseigner sur ces services de livraisons.) http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F248.xhtml
  • Aux services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) : sur prescription du médecin traitant, ils dispensent les soins de nursing (toilette, habillage, aide au lever et au coucher) et les soins infirmiers (injections, pansements), ainsi qu’une aide spécifique au quotidien. Ces services sont pris en charge par la Sécurité Sociale sur prescription médicale. http://vosdroits.service-public.fr/F246.xhtml
  •  Aux SSIAD renforcés : dans le cadre du Plan Alzheimer 2008-2012, la mesure 6 doit permettre de renforcer l’aide à domicile en favorisant l’intervention de personnels spécialisés (infirmières, auxiliaires de soins en gérontologie, psychomotricien ou ergothérapeute). Ils agissent directement sur le bien être du malade et ils soutiennent et conseillent activement l’aidant dans la gestion de la maladie.

La prise en charge d’un malade est souvent très lourde à gérer, et il est souvent nécessaire à l’aidant de se garder des petits moments de liberté afin de préserver ses forces et éviter un épuisement physique et psychologique. Pour ce faire, plusieurs alternatives sont envisageables :

Les accueils de jour :

Les malades sont accueillis un ou plusieurs jours dans la semaine par des professionnels. Ils proposent des ateliers thérapeutiques et créatifs ainsi que des activités physiques favorisant le bien être et la détente.

L’hébergement temporaire

Il est possible d’être accueilli dans un établissement d’hébergement collectif pour une durée limitée. Cela s’adresse aux malades ayant besoin d’un soutien temporaire du fait d’une absence momentanée de l’aide familiale ou d’un besoin de répit de l’aidant (fatigue, stress, maladie) ou encore d’un problème de fragilité particulière.

Afin d’éviter au malade une hospitalisation souvent perturbante, les Services d’hospitalisation à domicile sont une alternative : ils permettent d’assurer des soins médicaux et paramédicaux dans le cadre de vie du malade (domicile, EHPA, EHPAD, foyers logements) sur prescription médicale, pour une période limitée mais révisable. Ces soins médicaux et paramédicaux sont coordonnés avec l’accord et sous la responsabilité d’un médecin traitant et en collaboration avec le médecin.



famille-alzheimer